L’ Institut du Bon Pasteur

Accueil

L’institution comprend un S.R.A. (Service Résidentiel pour Adultes), un S.L.S. (Service de logements supervisés) et un C.A.T. (Centre d’Aide par le Travail)

Description

Autrefois destiné à accueillir des filles de la DASS, le Bon Pasteur était une congrégation de sœurs françaises implantées en Belgique dont l’objet social était de  fournir une bonne éducation suivant les critères de l’époque. Progressivement, le Bon Pasteur s’est agrandi  et a acquis de nouveaux bâtiments. Le 11 avril 1923, l’Institution s’est constituée en ASBL.
Le Bon Pasteur passera par divers stades, devant se plier aux obligations légales en matière d’enseignement, en 1954, il est agréé par l’Etat, il s’agrandit encore par la construction en 1966 d’une salle de gymnastique et d’une plaine de jeux.
C’est dans les années 1970 que se fait sentir le manque de religieuses, il est alors décidé de confier l’ASBL à un pouvoir organisateur laïc, mais d’obédience chrétienne. La loi de 1978 sur l’emploi ne permet plus aux jeunes femmes, formées en ce sens, d’être placées en service dans des familles dès leur majorité, majorité de plus qui se voit passer de 21 ans à 18 ans. 
La Cotorep permettra une orientation pour celles-ci en CAT avec hébergement à Bury (1976).
En 1987, pour répondre à la pénurie de places en foyer occupationnel après leur scolarité, de jeunes français ayant terminé leur cursus dans l’enseignement spécialisé, entre autres au « Saulchoir », viennent rejoindre le Bon Pasteur. Le Foyer Occupationnel est créé dans les bâtiments existants.

Aujourd’hui, ce sont 7  équipes distinctes en résidentiel et des logements supervisés intégrés dans le village et les villes avoisinantes qui accueillent une population mixte dont les  niveaux d’autonomie, de besoins et d’attentes diffèrent. Des travaux d’aménagement continuent à se mettre en place de manière à offrir un environnement de qualité aux résidents.

Visionnez notre présentation en pdf

Mission et population

L’Institut du Bon Pasteur accueille toute l’année des hommes ou femmes, ayant 20 ans au minimum (condition d’octroi de l’Allocation Adulte Handicapé pour les résidents français) et dont le diagnostic révèle une déficience mentale.  Au regard de la prise en charge que nous proposons, les personnes adultes peuvent présenter des troubles associés de type problématique physique, trouble du comportement, problème de santé mentale… 
En outre, l’IBP est ouvert à la discussion sur les conventions nominatives en partenariat avec l’AWIPH.

Projet pédagogique

La finalité de l’institution est d’offrir une prise en charge cohérente et la plus complète possible, en accord avec les attentes, aspirations et besoins des bénéficiaires.  Chaque bénéficiaire est l’acteur d’un projet individualisé. Pour parvenir à atteindre les différents objectifs, nous ancrons notre action dans le concept de qualité de vie qui, au-delà des mots, est choisi comme cadre majeur de notre réflexion au quotidien. En ce sens, nous axons nos interventions et nos projets d’hébergement et d’ateliers vers le bien-être émotionnel, physique et matériel, l’autodétermination, l’inclusion sociale et le développement personnel.

L’Institution peut compter chaque jour sur une équipe de professionnels qui travaillent en pluridisciplinarité.  Celle-ci est composée : d’un service social, d’un coordinateur administratif, coordinateur pédagogique, un orthopédagogue, de chefs éducateurs, d’éducateurs spécialisés, de paramédicaux (orthophoniste/logopède, ergothérapeutes, psychomotricienne, kinésithérapeute, aides-soignants), de deux médecins généralistes, d’un médecin psychiatre et d’un service infirmier.

De plus, nous comptons parmi nos partenaires : les parents, l’environnement local, les représentants légaux, les écoles et institutions de la région, l’UMH, la Plate- forme Picarde handicap et santé mentale,…

Les services offerts

Sept projets d’hébergement différents et un SLS

Les ateliers :
Ceux-ci ont lieu de 9h à 12h et de 14h à 16h du lundi matin au vendredi midi. Chaque résident a un planning d’atelier.
13 éducateurs d’ateliers sont présents chaque jour et ont en charge les activités suivantes :

  • R.A.D’art et Peinture :
  • Dessin et Bricolage :
  • Jardinage et petit élevage :
  • Bois, jeux d’antan et fabrication de jus de pommes
  • K-lumets, Culture et Créations
  • Informatique
  • Cuisine
  • Travaux d’aiguille, bricolage et jeux de société
  • Ergothérapie de groupe : poterie et mosaïque et tricycle et activités physiques adaptées
  • Sport : vélo, équitation (et soins aux chevaux), piscine, foot, pétanque, marche, netball, tennis de table, bowling, athlétisme, basket. 
    Outre les entraînements hebdomadaires à l’Institut, les résidents participent à des journées de championnats organisées par la FOA (Fédération Omnisports adaptée).
  • Musique, médiathèque et bibliothèque
  • Expression corporelle et circomotricité

Lors des vacances scolaires, des semaines thématiques sont organisées avec différentes activités et l’année est ponctuée par différentes festivités (marche aux œufs, fête de Noël, fête de septembre,…).

– Des rééducations paramédicales 
– Des réunions de projet individualisé
– Des réunions parents
– Des AVUS (participation au marché, petit magasin, activités de bénévolat à la croix rouge, dans homes pour personnes âgées, école,…) 
– Des camps adaptés

Publications

Quelques résidents avec l’aide d’éducateurs participent à la formalisation d’un journal en interne : « le coxinus ».

Nous disposons également d’un site internet : www.bonpasteur.be

Agréments et autorisations

L’IBP n’est pas subsidié par l’AWIPH mais bénéficie d’une autorisation de prise en charge et en ce sens, calque son modèle d’intervention sur le décret de l’AWIPH. Cela signifie que des inspecteurs pédagogiques de l’AWIPH viennent régulièrement inspecter l’institution. Le travail de collaboration avec cette instance se marque également dans l’accompagnement de personnes déficientes mentales sous statut de convention nominative.

L’IBP est partenaire de 11 départements Français : le Nord, l’Aisne, l’Essonne, Hauts de Seine, Le Loiret, l’Oise, le Pas de Calais, la Seine et Marne, la Seine St Denis, la Somme, le Val d’Oise.

L’IBP bénéficie d’une convention cadre avec le Conseil Général du Nord (88 places)

Admissions

  • Réception de toute demande formelle d’admission par  le service social
  • Information des familles et ou des professionnels sur les démarches à effectuer 
  • Prise de connaissance du dossier : selon les informations reçues, une première lecture du dossier est réalisée par le service social, le coordinateur pédagogique et le directeur. Si la personne répond aux critères non-exclusifs, dans ce cas, une première rencontre est à programmer. Parallèlement, suivant le profil de la personne, le dossier est soumis à la lecture du chef éducateur de l’équipe concernée et de la chef éducatrice d’ateliers pour une période d’essai déterminée. 
  • Réunion de préadmission : la rencontre doit inclure la personne concernée par la prise en charge.  Si celle-ci n’est pas présente à la première entrevue, une seconde entrevue en sa présence est programmée. Autour de la table, sont présents la direction, le coordinateur pédagogique et l’assistante sociale. Une visite d’institution et des ateliers est réalisée ensuite par l’assistante sociale, le chef éducateur d’hébergement et d’ateliers.
  • Stage d’essai : 3 semaines minimum sans retour en famille
  • Evaluation finale : à la fin de la période d’essai ; le directeur, le coordinateur  pédagogique, l’assistante sociale ainsi que le chef éducateur de l’équipe concernée se réunissent pour débattre du stage avant la réunion de synthèse avec la personne, sa famille et/ou son représentant légal et un représentant de l’institution dans laquelle il est accueilli. Cette évaluation sera déterminante dans l’accueil ou pas du résident au sein de l’Institution.